AMANDINE BAZIN
Accompagnement | Praticien hypnose

Mon corps a fait des gestes, comme pour évacuer les émotions liées au souvenir

Quand il avait 13 ans, Mattéo a eu une crise de migraine si forte en plein match de foot avec son club que son corps a chancelé, s’est tétanisé. Cet épisode est resté imprimé dans toutes les membranes de son corps et la peur de la migraine s’est frayé un chemin dans le quotidien de Mattéo, 24 ans aujourd’hui, une peur plus forte que la douleur elle-même. Parce qu’il se définit comme «pragmatique», il a décidé d’explorer les outils à sa disposition pour se débarrasser de ce fardeau, et s’est retrouvé dans le cabinet d’une hypnothérapeute, sur le conseil de sa sœur. Dès la première séance, le garçon fait le récit de la migraine. «J’étais bien assis, les mains sur les accoudoirs et petit à petit j’ai senti mon cerveau s’assouplir, ma vision s’est troublée et mon corps a fait des gestes, comme pour évacuer les émotions liées au souvenir.» Après plusieurs séances, les migraines n’ont pas totalement disparu mais la peur, elle, est partie. «La migraine s’est désacralisée», explique Mattéo, qui depuis a décidé de consulter à nouveau son hypnothérapeute pour gérer des angoisses liées au confinement. «Notre génération est très instantanée, proactive et pragmatique, tout en restant ouverte, légère et fluide avec les outils thérapeutiques. Ce procédé de l’hypnose, il est clair, et il nous parle.» 

L'hypnose, le retour de flamme chez les jeunes adultes. Madame Figaro, octobre 2020

 


Réalisation & référencement Simplébo

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.

Prendre rendez-vous en ligneDoctolib